PREVOST Jason Ostéopathe Saumur

Ostéopathie biodynamique et consciences tissulaires

L’approche Tissulaire, une approche différente de l’Ostéopathie

L’approche tissulaire est une manière de pratiquer l’ostéopathie de façon douce, sans manipulations (« faire craquer les articulations »), et en total respect avec le corps du patient.

A l’heure des médecines dite douces, l’approche tissulaire amène le patient vers un équilibre et une santé, et ce dans la quiétude.

Point de Départ de l’approche tissulaire

« Les cellules ont deux choses en commun : une philosophie et un but.
Leur philosophie est universelle, non spécifique.
A ce niveau, toutes obéissent aux mêmes lois.
C’est au niveau du but qu’elles sont spécifiques.
En tant que praticiens ostéopathes, nous acceptons la spécificité de leur but
Nous travaillons avec leur universalité. » Rollin Becker

Philosophie d’une cellule, son but?

La philosophie d’une cellule est d’être. Or parler d’être, c’est parler de conscience. Nous ne parlons pas d’une conscience élaborée, mais d’une conscience élémentaire.

On peut alors envisager un système vivant comme une juxtaposition de « couches » de consciences qui interagissent les unes avec les autres.

Évidemment, pour un esprit rationaliste scientiste occidental, une telle proposition peut choquer. Pourtant, elle n’est ni nouvelle, ni originale. Nombre de philosophies anciennes l’expriment et, plus près de nous, de grands esprits comme Emmanuel Swedenborg et Gottfried Wilhelm Leibnitz ont formulé des hypothèses similaires.

Dans l’approche tissulaire, les techniques dite de libération travaillent selon ce concept d’un corps où toutes  les structures, des plus macroscopiques aux plus microscopiques sont conscientes.

Corps vivant, corps conscient

Voici le concept à partir de laquelle s’est développée l’approche tissulaire en ostéopathie.

  • Penser le corps comme un système conscient et fait de consciences, modifie complètement l’approche du thérapeute face à la plainte du patient. Le praticien n’agit plus sur un objet, il communique avec celui-ci.
  • Le système corporel certes d’être conscient, est aussi d’une incroyable complexité. Reconnaitre, accepter et communiquer oblige le thérapeute à coopérer afin d’amener le corps conscient vers l’harmonie, l’équilibre et la santé.
  • Dans cette démarche, le praticien s’adressant au corps comme à une conscience, travaille dans la globalité le système corporel.

La palpation en approche tissulaire

L’approche tissulaire de l’ostéopathie repose sur des paramètres palpatoires objectifs que sont la densité, la tension et la vitesse, et sur des paramètres palpatoires subjectifs tels que la présence du praticien, son attention, et son intention.

Les blocages, les rétentions

Le concept de rétention : une structure corporelle (faite de consciences), face à au stress, a tendance à réduire sa communication et à se renfermer sur elle-même, ce qui crée la densité, la tension et l’inertie que les mains peuvent ressentir.

L’organisation du système corporel du patient

A partir de la modélisation de la rétention, il est possible de comprendre comment peut se créer et se développer un ensemble de rétentions/adaptations au sein du système corporel.

Une fois compris (ou plus exactement modélisé), la création et le développement de la problématique du patient, il faut trouver un chemin pour aider celui-ci à s’en libérer.

Le développement de ces rétentions/adaptation crée très rapidement une extraordinaire complexité, complètement dépendante l’histoire personnelle du patient, et donc totalement personnelle. Donc comment pourrions nous créer une systématisation intellectuelle du praticien?

Les réponses quant au chemin à prendre pour amener le patient et le système corporel vers l’équilibre et la santé sont donc dans la structure même du patient et non dans la tête du praticien.

Le modus operandi ou mode opératoire est le système développé dans l’approche tissulaire pour aborder le motif de consultation du patient, afin d’y découvrir les informations pertinentes concernant sa libération et l’auto-guérison du corps.

Le modus operandi est un chemin, ou plus exactement une manière de cheminer à travers les consciences tissulaires (parce que le chemin n’est pas connu d’avance, mais s’ouvre progressivement au fur et à mesure du déroulement de la séance).

Déroulement d’une séance d’ostéopathie en approche tissulaire

Après un bref entretien avec le patient, celui-ci s’allonge sur la table, et ce de manière confortable. Celui-ci restera allongé sur le dos pendant toute la séance.

Il va de soit que pour quelconques raisons le patient ne pouvant pas s’allonger, le traitement se fera soit assis, soit debout. C’est à moi, et non au patient de s’adapter.

Je commence au niveau du crâne et à partir de là, un véritable dialogue de conscience à conscience s’établie avec le système corporel.

En fonction du schéma du patient, je me déplace par la suite, s’il est nécéssaire, vers les endroits du corps à traiter.

Comme vous le verrez, je travaille souvent à distance de l’endroit de votre plainte, et ce de manière douce.

La séance se termine lorsque le corps du patient atteint l’équilibre dans la globalité.

Cette pratique biodynamique peut sembler inactive, mais elle est en fait beaucoup plus puissante que n’importe quelle autre technique.

« Permettre à la fonction vitale interne de manifester sa puissance infaillible, plutôt que d’appliquer une force aveugle venue de l’extérieur. »

W. G. Sutherland

Prendre rendez-vous avec Prévost Jason

Il reste une question, où s’arrête la globalité ?

La considération des consciences juxtaposées met en évidence qu’un être humain n’est pas qu’un amas de chair et de sang. Cela nous amène à la question : jusqu’où aller dans la considération de la globalité ? Cette question peut sembler anodine mais elle est pour nous essentielle, puisqu’un des fondements de l’ostéopathie, c’est justement cette globalité.

Cette globalité, l’arrêtons-nous au système corporel (en tout cas tel qu’on peut l’envisager physiquement parlant) ? Ou bien doit-elle englober la psyché et/ou le mental? Et pourquoi s’arrêter là et ne pas aller jusqu’à l’être ?

Conscience et mémoire

Notre modèle postule qu’avec la conscience existe également la mémorisation ce qui est vécu. Ainsi, le système corporel renferme une quantité phénoménale d’informations sur ce qu’il a vécu depuis sa conception. Il semble même véhiculer des informations transmises par les lignées ancestrales.

La communication tissulaire de conscience à conscience permet d’accéder à des niveaux d’expression de la vie qui dépassent largement le strict cadre corporel: les tissus manifestent des difficultés dont l’origine n’est pas seulement reliée à la conscience corporelle, mais également au corps subtil (les auras). Ainsi, le système corporel nous apparaît aujourd’hui comme une voie de passage privilégiée sinon obligée pour accéder à ces niveaux de subtilité.

Prenez rendez-vous !

Si vous voulez une approche différente et en douceur, n’hésitez pas à prendre rendez-vous pour une séance d’ostéopathie tissulaire.

Prendre rendez-vous avec Prévost Jason

Précédent

Les migraines, une solution: l’Ostéopathie

  1. ROBERT

    Bonjour
    Depuis avril j’ai consulté des ostéophates séances kiné et toujours des douleurs au niveau du bas du dos qui descend dans la cuisse droite et ensuite sur la jambe
    j’ai bien lu votre article je en sais si votre méthode pour soulager ma douleur
    Cordialement

    • Prévost Jason

      Bonjour, je vous dirai dans un absolu, oui, mais je ne peux pas vous le certifier avec certitude. Je serai hypocrite de vous l’affirmer à 100%.
      Comme le dirait R. BECKER, seuls les tissus savent.
      Cordialement PREVOST Jason Ostéopathe D.O.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén